On ne juge pas un livre à sa couverture ? Ça dépend…

Mea culpa, mea maxima culpa, j’ai honteusement trainé sur Facebook. Mais c’est que le réseau de Mark Zuckerberg, pour décrié qu’il soit, offre un  accès à des discussions intéressantes. Qu’on se le dise : la culture y est très présente. Donc, y trainailler n’est pas qu’un acte de pure flemmardise, me concernant.

Et voici ce que j’y ai trouvé, un lien vers un article…hem… douloureux.

Voyons le bon coté des choses : je ne suis donc pas toute seule à le penser.  Et non seulement je suis d’accord avec la personne qui a écrit cet article, mais je suis directement concernée. En tant que lectrice, je n’irai certainement pas acheter un livre avec, disons le clairement, une couverture aussi moche. Si un auteur indépendant estime que ces horreurs sont suffisantes pour présenter son travail, je puis légitimement avoir des craintes quand à ce qu’il estime « publiable ». Mais c’est en tant qu’illustratrice que cela me navre le plus. Qu’on puisse penser remplacer un véritable illustrateur par ce genre de choses est juste désespérant.

Il est d’usage de s’entendre dire que les couvertures par un pro sont chères. Qu’un auteur indépendant n’a pas les moyens de se les offrir. Ok. Je peux entendre ça.

Sauf qu’une couverture n’est pas un caprice, un petit plaisir qu’on s’offre pour faire joli sur son tapuscrit. Une « couv »,  c’est un vrai investissement. C’est le premier contact que le lecteur va avoir avec le livre, ce qui peut lui donner envie de l’acheter. Autrement dit, c’est quelque chose d’important. Sachant cela, vouloir  qu’elle ne soit « pas chère », c’est un peu comme vouloir diner dans un restaurant étoilé en espérant payer le prix d’un Mcdo.

Surtout qu’en fait, ce n’est pas SI cher.

Une couv de livre de poche par un illustrateur pas connu mais un minimum pro, ça coute en moyenne 4oo euros. Dit comme ça, ça parait beaucoup. Mais outre qu’il y a toujours moyen de s’arranger pour payer en plusieurs fois ( entre petites structures/travailleurs indés, on peut s’entendre), c’est très loin de couvrir la quantité de travail effective, en général. Je dirais même que c’est juste histoire de ne pas bosser pour moins que le SMIC.

Et puis surtout il y a un tas de trucs que l’on rechigne moins à payer.

400 euros, c’est moins cher qu’un I-pad, par exemple. A un euro près, c’est le prix d’une Playstation 4.   Vous pouvez atteindre facilement ce montant avec 3 ou 4 fringues de chez Dezigual. Et ce ne sont que quelques exemples glanés rapidement.

Il n’y a rien de mal à mettre ses sous dans tout ça. Mais ce ne sont là que des dépenses « plaisir ». D’où vient que, pour ce qui est censé être une activité professionnelle, investir 400 euros parait soudain trop cher ? Car ne vous leurrez pas : si vous voulez vous auto éditer, vous êtes dans une démarche d’ordre professionnel.  Et de même que j’investis beaucoup de pépettes dans mon matos et mes cadres, vous serez obligé de débourser quelque chose pour espérer des résultats.

Donc voilà. Intéressez vous à d’éventuels illustrateurs pour vos ouvrages. Renseignez vous sur les prix, n’ayez pas peur.  Vous avez une chance immense, quelque part, car les auteurs qui sont en contrat avec un éditeur n’ont qu’un droit de regard limité sur les couvertures de leurs livres. Vous, vous l’avez totalement. Vous avez l’occasion de faire des choix audacieux, de privilégier des artistes originaux.  Profitez en .  Tout le monde sera gagnant

D’ailleurs à ce propos, n’hésitez pas à me proposer. Je n’ai encore mangé personne ( je préfère le chocolat à la chair humaine).
__________________________________________________________________

Je participe à l’opération Fanart des cuirs de Belfeuil. Il faut dire que parmi mes rêves totalement avoués, il ya pouvoir m’offrir une de ces adorable sacoches (Un jour viendra ou ce sera à moi muhahahahaha !). Voici donc le fanart en question.

Leslie Boulay all rights reserved
Leslie Boulay all rights reserved

Le B est un peu petit, mais il est à la peinture dorée. Le tout est un mix entre acrylique, crayon de couleur et stylo à bille sur papier coloré (ah…. J’ai oublié de mentionner un peu de feutre, aussi.) Taille : 22 X32 cm.

Allez, Bizatouss !